R&D – GNTAéronautique & spatial

plane landing

Contexte et problématique

Les courts et moyens courriers consomment quasiment autant de kérosène sur le tarmac pour se déplacer grâce aux réacteurs qu’en vol. Ce qui avec la montée du prix du pétrole engendre un surcoût important.

Il faut trouver une solution afin de se passer des réacteurs pour le déplacement de l’avion, venant se greffer dessus et sans modification de celui-ci pour les modèles déjà produits. (Plug & Play)

Solution retenue : Motoriser les roues du train d’atterrissage principal afin d’économiser du carburant sur cours et moyen-courrier.

Réalisation

Recherche, conception et dimensionnement d’un motoréducteur respectant le cahier des charges, étude de solutions, essais et fabrication d’un démonstrateur.

Il faut prendre en compte l’environnement, les différences de température extrême, le dimensionner pour supporter des chocs jusqu’à 20G, concevoir un mécanisme suffisamment puissant pour déplacer l’avion mais aussi le plus léger possible car la consommation en vol est directement liée à la charge embarquée et le plus petit possible dans l’espace disponible.

Environnement technique de travail

CATIA V5

Bilan et résultat

Le projet a débuté en 2008 et est toujours d’actualité, la mise en service d’un tel dispositif est à prévoir à l’horizon 2016 dans un premier temps sur des avions mono-couloirs. Nous mettrons tout en œuvre pour faire partie de l’aventure jusqu’à cette mise en service au travers des différentes phases du programme.